L’ENVOL DES SENS

J’aimerais tant avoir des ailes pour m’envoler vers le plaisir, vers ce ciel qui m’ensorcelle comme une envie de partir. J’aimerais être tel un oiseau pour me sauver loin des chagrins et des petitesses. J’aimerais m’évader au cœur du magnifique et ineffable sentiment bienveillant que j’ai de mon enfance qui s’efface peu à peu.

L’envol comme ce nouveau parfum de Cartier dans une capsule sous cloche, comme s’il fallait la soulever pour que la fragrance s’échappe, comme une âme en désir de briller au firmament.

Surprenant au premier abord, le parfum d’hydromel, du mot grec ancien (eau et miel), était la boisson des dieux pour les Gaulois. Les parfums de mon enfance viennent m’envahir peu à peu. Ce flacon vole pour secourir la planète avec son concept rechargeable.

La fougue de ma jeunesse m’envahit et me transporte au-delà du Cap de Bonne Espérance. Je revois ma vie de Sydney à Honolulu, heureux qui, comme moi, a fait un beau voyage en cet après-midi d’automne. Les odeurs, comme les sons musicaux, sont de rares sublimatoires de l’essence de la mémoire.

L’Envol est un parfum qui a été créé par Mathilde Laurent comme une potion magique. Elle a enfermé et galvanisé l’esprit de l’âme. Sa vision est de donner une force à ceux qui le portent et à exceller dans le superbe pour enfin prendre la fuite, et finalement son envol.

Anonymode