HABEMUS BABA AU RHUM

Pas besoin d’être converti pour venir dîner dans cette chapelle à bobos située à proximité de l’Opéra. Un lieu où tu « amen » ta simplicité biblique (tables et chaises en formica) mais trop bruyant pour recueillir les confessions, et trop lumineux pour peloter votre maîtresse sous la table : pas de Boogie Woogie avant la prière du soir.

Le lieu se « prêtre » sans doute mieux à prendre un dernier verre de vin, mais bénissons le dieu Bachus pour que celui-ci soit bon. Donc, après le « béni dit chiqué » : entrées, plats, desserts et des assiettes presque réussies bien qu’un peu osées gustative-ment, velouté de potiron et sorbet au vinaigre balsamique, filet mignon et paillasson d’artichauts, tiramisu aux poires au vin (de messe probablement) et chocolat chaud. C’est bon, mais pas très orthodoxe, et cela n’est pas la croix et la bannière.

Pour accompagner ces nourritures terrestres, vous aurez le choix dans l’opus vinorum, certes concis mais bien fait. Vous pourrez alors boire le calice jusqu’à la lie.

Dans cet endroit culte, il ne vous restera alors qu’à porter la bonne nouvelle autour de vous avant de vous faire crucifier au moment de l’addition, qui n’est pas seulement que de quelques deniers.

Anonymode

13 Rue Monsigny, 75002 Paris
Métro 4 septembre.