PARCE QUE JE LE DELVAUX BIEN !

Delvaux a planté son drapeau rue Saint-Honoré en ouvrant un emplacement temporaire pour ce qui sera plupart un magasin permanent. Le décor thématique, qui s’inspire de René Magritte, est formé d’une série de portes en partie ouvertes, un ciel bleu vif parsemé de nuages, et des découpes flottantes d’hommes assortis et portant un chapeau melon. L’Affaire Thomas Crown avec Pierce Brosnan avait popularisé le maître auprès d’un public plus jeune dans le film de John Mc Tiernan

La société a un partenariat de longue date avec la Fondation Magritte, artiste belge emblématique, et avec un sac à main portant l’inscription «Ceci n’est pas un Delvaux», qui se traduit par «Ceci en est un justement». La marque vole au-dessus d’un nid de surréalisme que cultivait l’artiste. A la vision de la pipe de Magritte, certaines bimbos de la télé-réalité se seraient esclaffées : « bien sûr, cela n’est pas une pipe ! » Magritte et la mode, quel rapport me direz-vous ? Parce que tout simplement le père de René Magritte était tailleur.

La « si délicieuse » directrice artistique, Christina Zeller, explique que la marque aime ajouter un peu d’humour à son offre d’articles en cuir de haute qualité, qui comprend une sélection unisexe de coques d’ordinateur, de portefeuilles et de sacs de voyage. Car elle sait que la mémorisation d’un produit par l’humour est bien plus rapide et beaucoup plus forte pour tout type de produits.

Alors que Delvaux a déjà plusieurs enseignes à Paris dont une sous les arcades du Palais-Royal, une présence au Bon Marché ainsi qu’aux Galeries Lafayette. La marque s’implante solidement dans la capitale française avec une nouvelle adresse « Rue Saint-Honoré ». Non disponible via les réseaux numériques même en Chine, là où elle est très populaire auprès d’une clientèle plus jeune qu’en Europe.

Le directeur qualifie ses boutiques de « théâtre pour rencontrer les clients ». J’aime cette image ! Delvaux est et restera le fournisseur officiel de la cour royale belge depuis 1883. Racheté par « First Heritage Brands » en 2011 qui a investi dans de nouveaux ateliers en France et en Belgique, faisant ainsi accroître le nombre d’artisans, passant de 64 à 220 ouvriers très spécialisés. Les ventes ont été multipliées par dix depuis l’acquisition et les ventes internationales sont passées de 3% à 85%, une véritable performance due à une équipe de professionnels qui, avec humour et bienveillance, son toujours très juste.

Anonymode